Le plan VIGIPIRATE

  • Mis à jour le 29/11/2023
  • Publié le 11/06/2021
Pour définir le niveau de sécurité VIGIPIRATE, le SGDSN se réfère aux évaluations et aux analyses de la menace terroriste établies par les services de renseignement dont celles issues de la DGSI
ministère de l'Intérieur
Afin de parer à une menace terroriste plurielle, notre pays adapte régulièrement ses moyens de prévision et de dissuasion. Dans ce cadre, l’État a mis en place un dispositif relevant du Premier ministre : le plan VIGIPIRATE.

Il s’agit d’un outil majeur du dispositif français de lutte contre le terrorisme qui associe tous les acteurs nationaux (l’État, les collectivités territoriales, les opérateurs publics et privés et les citoyens) et qui vise un double objectif :

  • développer une culture de la vigilance et de la sécurité au sein de la société, afin de prévenir ou déceler, le plus en amont possible, toute menace d’action terroriste ;
  • assurer en permanence une protection adaptée de la population, du territoire et des intérêts de la France contre la menace terroriste.

Il est établi par le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN).

Trois niveaux de vigilance et d’alerte

Le plan VIGIPIRATE, modernisé en 2016, repose sur l'évaluation de la menace terroriste en France, la connaissance des vulnérabilités des principales cibles potentielles et l’élaboration d’un dispositif de sécurité répondant au niveau du risque identifié.

Ce dernier se décline en trois niveaux matérialisés par des logos présents dans l’espace public :

  • le niveau de vigilance correspond à la posture permanente de sécurité et à la mise en œuvre de 100 mesures toujours actives. Il s’agit d’inciter tout citoyen à être attentif aux autres et à son environnement et signaler tout comportement suspect au 17, 112 ou 114 (pour les personnes ayant des difficultés à entendre ou à parler). Il permet également d’effectuer des inspections de sacs, bagages à main et palpations de sécurité par des patrouilles de police, de gendarmerie ou des douanes ;
  • le niveau sécurité renforcée – risque d’attentat adapte la réponse de l’Etat à une menace terroriste élevée, voire très élevée. Plusieurs mesures particulières additionnelles peuvent alors être activées en complément des mesures permanentes de sécurité selon les domaines concernés par la menace (aéroports, gares, lieux de cultes, etc.). Ce niveau de sécurité renforcée peut s’appliquer à l’ensemble du territoire national. Il peut s’agir, par exemple, de limitation de circulation ou de stationnement aux abords d’installations telles que des lieux de cultes, écoles, etc.
  • le niveau urgence attentat peut être mis en place à la suite immédiate d’un attentat ou si un groupe terroriste identifié et non localisé entre en action. Il peut concerner l'ensemble du territoire ou juste une zone géographique donnée. Il permet notamment d’assurer la mobilisation exceptionnelle de moyens, mais aussi de diffuser des informations susceptibles de protéger la population dans une situation de crise.

Chaque changement de niveau s’accompagne d’une communication auprès du grand public et des acteurs spécialisés (grandes surfaces, transports, industriels, etc.) qui précise les mesures appliquées.

Pour définir le niveau de sécurité VIGIPIRATE, le SGDSN se réfère aux évaluations et aux analyses de la menace terroriste établies par les services de renseignement dont celles issues de la DGSI.

En tout, le plan VIGIPIRATE comprend environ 300 mesures, certaines classifiées, d’autres publiques. Il existe des mesures permanentes appliquées à 13 grands domaines d’activité (transports, santé, etc.) et des mesures complémentaires activées en fonction de la menace terroriste.

Par ailleurs, plusieurs situations peuvent nécessiter des mesures spécifiques en fonction du niveau VIGIPIRATE :

  • dans le cadre de grands événements nationaux ou internationaux (tels que l’Euro, la COP 21, etc.) ;
  • à certaines périodes clés de l’année telles que la rentrée scolaire et les fêtes de fin d’année ;
  • après un attentat, en France ou à l’étranger, pour adapter, en urgence, le dispositif national de protection.

Comment réagir en cas d'attaque terroriste ?

Ces instructions pratiques ont été élaborées afin de préparer les citoyens aux comportements à adopter en cas d'attaque terroriste.

Application Ma sécurité page d'accueil
ministère de l'Intérieur

Pour aller plus loin : accédez à l'outil de sensibilisation en ligne à la menace terroriste destiné au grand public ainsi qu'aux professionnels et réalisé par le SGDSN.

Paramètres d’affichage

Choisissez un thème pour personnaliser l’apparence du site.