Aller au contenu principal

Jeux olympiques et paralympiques 2024 : la sécurité au service de la fête

drapeaux français et du symbole olympique des JO de Paris 2024
Rarrarorro pour AdobeStock
03/03/2022
Un siècle après les derniers Jeux olympiques d’été organisés en France, Paris, aux côtés de 12 villes d’Ile de France,  7 villes en métropole et Tahiti, accueillera les Jeux Olympiques du 26 juillet au 15 août puis les Jeux Paralympiques de 28 août au 8 septembre 2024. Un évènement  majeur qui mobilise sur le long terme tous les acteurs des politiques publiques de l’éducation, du transport, de l’hébergement, de la transition écologique, de l’emploi, du tourisme et, bien sûr, de la sécurité.

JO 2024, un contexte d’exception

Après les Jeux de Tokyo 2020, reportés puis organisés avec de nombreuses restrictions en 2021 en raison du contexte sanitaire, un tel évènement international soulève des attentes festives immenses.

Les Jeux 2024 se dérouleront durant une période naturellement très touristique en France et, pour la première fois, la cérémonie d’ouverture sortira des murs d’un stade, laissant place à des embarcations qui défileront depuis la Seine sur 6 km en plein cœur de la ville.

Dans ce contexte hors norme,  la réponse de la France se doit d’être à la hauteur des enjeux sportifs et économiques pour que la sécurité permette à la fête de battre son plein.

Quand le défi sécuritaire s’invite dans les coulisses des JO 2024

Un évènement sous le feu des projecteurs planétaires fournit une caisse de résonance très forte pour des activistes en quête d’impact et de notoriété. La France, déjà ciblée par des mouvances terroristes et par des opérations d’ingérence étrangère, doit prendre en compte tous les types de menaces, qu’il s’agisse d’atteinte à l’organisation des Jeux ou de perturbation de leur déroulement, tant sur les sites olympiques qu’ailleurs, afin de déstabiliser l’organisation de notre sécurité (attentat, cyberattaques ou crise sanitaire).

Face à ces risques, les JO 2024 requièrent l’engagement de nombreuses forces dans la durée, tout en préservant la continuité de la sécurité sur l’ensemble du territoire.

Comment le ministère de l’Intérieur s’organise pour assurer la sécurité des Jeux Olympiques ?

Le ministère de l’Intérieur est rompu à la sécurisation de grands évènements internationaux, qu’ils soient d’ordre sportif ou non. À titre d’exemple, on se souvient des 40 000 participants étrangers à la Conférence de Paris pour le climat (COP 21), maintenue quelques jours après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et au Stade France, ou de la coupe du monde de football de 2018 et ses fans zones sur tout le territoire. Par ailleurs, 9 mois avant les JO 2024, la France accueillera la Coupe du monde de rugby dans 9 villes françaises - en septembre et octobre 2023 - l’occasion d’affiner son dispositif.  

Fort de son expérience, le ministère a mis en place une gouvernance dédiée articulée autour de la Coordination nationale pour la sécurité des Jeux olympiques et paralympiques 2024 et des grands événements sportifs internationaux. Elle assure le pilotage des différents services du ministère autour de cet évènement, représente le pôle sécurité auprès du délégué interministériel aux Jeux olympiques et paralympiques et participe au comité de pilotage entre les organisateurs et l’État.

Composante indispensable de la sécurité, le Renseignement trouve toute sa place dans ce dispositif. C’est pourquoi le ministère s’est doté d'un Centre de Renseignement Olympique (CRO), structure d’animation interservices et interministérielle chargée d’intégrer les informations recueillies par les services composant la communauté française du renseignement du premier et du second cercles. Elle peut ainsi anticiper et disposer d’une autonomie d’appréciation, de décision et d’action pour lutter contre toutes les activités susceptibles de porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation et à la sécurité nationale, couvrant ainsi le risque de cyberattaques, de terrorisme ou d’ingérence.

Quel est le rôle de la DGSI dans la sécurisation des Jeux Olympiques ?

En tant que service de renseignement, service de police judiciaire spécialisé - lui permettant de disposer d’une approche globale des activités et des ingérences d’organisations et de nations étrangères - et chef de file de la lutte anti-terroriste, la DGSI occupe une place particulière dans le dispositif de sécurité des Jeux Olympiques.

Elle contribue ainsi à l’élaboration de l’état de la menace et assurera, durant les Jeux, une surveillance renforcée dans ses domaines de compétence. Pour ce faire, la Direction générale assure un pilotage spécifique depuis 2021. Dès à présent, elle opère au renforcement de ses capacités RH et techniques, et mobilise son réseau territorial ainsi que ses partenaires internationaux.

Le saviez-vous ? 
  • C’est en France, en 1894, que furent réintroduits les Jeux Olympiques. Depuis, le pays a organisé les Jeux d’été en 1900 et 1924 et les Jeux d’hiver en 1924 (Chamonix), 1968 (Grenoble) et 1992 (Albertville) ;

  • Les festivités commenceront le 8 mars  2024 par le parcours de la flamme Olympique sur le territoire, soit près de 100 jours avant la cérémonie d’ouverture de Paris ;

  • Les JO 2024 totaliseront 29 journées d’olympisme, espacées de 16 jours entre les Jeux Olympiques et Paralympiques, ils regrouperont quelques  15 000 athlètes issus de 206 nations et accompagnés par 45 000 volontaires ;

  • Durant les festivités, sont attendus 25 000 journalistes du monde entier, quelques 100 chefs d’Etat, 12 millions de spectateurs et 4 milliards de téléspectateurs, sans compter les échanges sur les réseaux sociaux !