Que faire contre l'espionnage lors de voyages ?

conseils à suivre pour limiter les risques d'espionnage lors d’un déplacement et voyage à l’étranger
AdobeStock
Hors du territoire national et loin de la protection des services de sécurité français, votre vulnérabilité s’accroit en raison de la plus grande liberté d’action des services de renseignement étrangers et d’une plus faible maitrise de votre environnement. Il convient par conséquent de rehausser le niveau de sécurité et de rester vigilant. Voici quelques conseils à suivre pour limiter les risques d’exposition à l’occasion d’un déplacement à l’étranger.

Espionnage : comment sécuriser un voyage privé dans un pays étranger ?

Avant le départ à l’étranger :

  • S’informer sur la situation politique et sécuritaire générale du pays  sur le site France Diplomatie.
  • Emporter les coordonnées de l’ambassade ou du consulat local. 
  • Les données fournies sur le formulaire de demande de visa peuvent aider à déterminer l’intérêt que représente le voyageur en tant que cible potentielle. En cas de contrôle poussé, dire la vérité simplement et brièvement, sans fournir plus d’informations que nécessaire. En cas d’interrogatoire poussé, il convient de rendre compte à ses supérieurs hiérarchiques et à son service de sécurité  des mesures d’intimidation rencontrées.
  • Ne jamais accepter de transporter quoique ce soit pour le compte d’un tiers sans avoir vérifié au préalable son contenu. 
  • Noter que les bagages mis en soute à l’aéroport peuvent être fouillés

Pendant un séjour à l’étranger :

  • Ne pas laisser ses effets sans surveillance, attention aux vols.
  • L’hôtel n’est pas un sanctuaire : ne pas utiliser son coffre-fort pour y déposer un dossier sensible (par exemple pour y travailler en vacances), ne rien laisser de précieux dans sa chambre.
  • Se méfier de rencontres "de séduction" qui pourraient vous piéger.

De retour en France :

  • Changer tous les mots de passe utilisés durant le séjour.
  • Ne pas hésiter à rédiger un rapport à sa hiérarchie et, au besoin à alerter la DGSI, en cas  de situation privée qui a suscité des interrogations et qui peut s’avérer préjudiciable pour vous ou votre employeur. 


Espionnage : quelles précautions prendre lors d'un voyage professionnel à l'étranger ?

En complément des conseils pour les voyages privés, s’ajoutent des recommandations spécifiques aux déplacements professionnels.

Avant le départ à l’étranger :

  • Prendre uniquement ce qui est indispensable à la mission.
  • L’idéal est de partir avec un téléphone et un ordinateur professionnel dédiés disposant d’un filtre de confidentialité, placé sur l’écran pour être le seul à pouvoir le regarder, et ne contenant que les contacts ou dossiers utiles pour ce déplacement.
  • Installer un VPN sur l’ordinateur professionnel et le téléphone portable pour toutes les connexions en wifi et les appels passés depuis l’étranger.
  • Créer des mots de passe robustes et activer le verrouillage automatique des sessions.
  • Se munir d’enveloppes sécurisées pour y placer et enfermer ses supports numériques et ses documents de travail lorsqu’ils sont laissés sans surveillance. Elles n’empêchent pas le piratage mais mettront en évidence toute tentative d’effraction.
  • Marquer ses supports numériques de type téléphone ou ordinateur portable pour éviter toute substitution (par exemple par l’apposition d’un sticker/une gravure).

Pendant un séjour à l’étranger :

  • Éviter les comptes-rendus téléphoniques à ses collègues.
  • Ne pas laisser son téléphone dans un coffre dit de sécurité à l’entrée d’une ambassade ou d’un service. Si toutefois vous devez absolument le déposer en ces lieux, préférer un téléphone éteint avec un « secure boot » qui empêche le démarrage.
  • Mémoriser si possible le niveau de la batterie qui ne doit pas normalement baisser de plus de 5%...ni remonter !
  • Faire preuve de discrétion et de retenue dans ses propos (dissensions internes ou entre sociétés, hit-parade des coopérations, projets de réformes, actualité des mutations et promotions, capacités inédites et performances exceptionnelles de son secteur d’emploi, etc.).
  • Éviter de travailler dans des lieux publics (transports, salles d’attente, restaurant, etc.) avec des documents papiers ou numériques confidentiels et ne pas évoquer de dossiers sensibles.
  • Observer une stricte vigilance à l’égard des clés USB : utiliser une clé dédiée pour toute présentation et éviter d’utiliser les clés offertes par des interlocuteurs étrangers.
  • Recharger ses équipements directement sur des prises électriques et éviter les bornes en libre-service.

De retour en France :

  • Faire vérifier ses équipements (clés USB ou autres supports), par les services de sécurité informatique de l’entreprise, avant de les connecter au réseau interne, notamment si vous avez fait l’objet d’un contrôle intrusif par les services de douanes ou lors d’un passage à une frontière.
  • Rendre compte à votre hiérarchie de toute approche inhabituelle opérée par un individu au cours de votre séjour.
  • Une reprise de contact (physique ou via Internet) au retour en France qui sortirait de l’ordinaire doit également être envisagée avec prudence et mérite d’être signalée à votre hiérarchie et, au besoin à la DGSI à : assistance-dgsi@interieur.gouv.fr