Aller au contenu principal

Cryptage, codes secrets, mots de passe … le combat entre police et criminels est engagé

CTA
14/06/2021
Partager
Alors que les techniques de chiffrement et de cryptographie n’ont plus de secret pour les milieux criminels ou les organisations terroristes, le Centre Technique d’Assistance est mobilisé pour faire sauter leurs verrous numériques. Zoom sur une activité méconnue au service de la justice, de la police, de la gendarmerie et des douanes judiciaires.

L’utilisation des outils numériques s’est naturellement accompagnée du développement de procédés complexes permettant d’assurer la confidentialité et l’authenticité des échanges. Les milieux criminels et les organisations terroristes ont vite compris l’intérêt des moyens de chiffrement leur permettant d’exercer leurs activités illégales en toute confidentialité, hors de vue de la police judiciaire.

Pour contrer ces techniques, l’Etat s’est doté dès 2001 d’un organisme à vocation interministérielle, le Centre Technique d’Assistance (CTA) rattaché au ministère de l’Intérieur et aujourd’hui placé sous l’autorité de la DGSI. Il est au service des magistrats et des enquêteurs qui le sollicitent et constitue un niveau d’intervention technique supérieur mis à leur disposition pour augmenter les chances de succès de leurs investigations lorsque les délinquants et criminels ont fait usage de moyens de chiffrement.

Puissance de calcul dédiée et plateaux spécialisés 

Doté de compétences et de moyens uniques sur les plans numériques et électroniques, le CTA s’attaque quotidiennement à des missions complexes à fort enjeu :

- le contournement des mécanismes d’authentification protégeant l’accès aux données d’un support numérique comme par exemple un téléphone portable, une clé USB, etc.

- la mise au clair de données inintelligibles (données chiffrées, compressées, altérées, etc.), sur réquisition des magistrats et des Officiers de Police Judiciaire exclusivement dès lors que la peine encourue est supérieure ou égale à deux ans d’emprisonnement. 

Ainsi, les personnels scientifiques du CTA déchiffrent ou donnent accès aux données et procèdent à leur extraction et copie, aux fins d’exploitation et d’analyse ultérieures par les enquêteurs  et les magistrats ou les experts désignés par eux.